Nouvelles

L’automne à Mar Moussa

Mar Moussa est en pleine récolte d’olives et la production est très réjouissante car il y a eu de bonnes pluies.
Ils sont actuellement 8 personnes au monastère, dont deux ouvriers, l’un chrétien l’autre musulman.
Friederike est retournée en Irak, à Suleymanyie et Jacques est en Italie pour y subir une opération, après un mois de convalescence il retournera en Syrie.
Le monastère se confine et n’accepte pas de visiteurs, au grand dam de certains qui aimeraient monter à Mar Moussa. Une mesure prudente, vu que la population utilise peu les mesures de protection, ne croyant pas trop à la dangerosité du virus. De plus, moines et moniales sont peu nombreux à Mar Moussa, et ne peuvent se permettre d’avoir un malade.
A Nebek, dans la ville voisine du monastère, le jardin d’enfants a repris ses activités à 100%.


Et l’école de musique va rouvrir et reprendre les cours. De bonnes nouvelles donc.

Louis Massignon, Le « catholique musulman ».

A l’heure où parait l’encyclique à propos de la Fraternité, découvrez l’ouvrage de Manoël Pénicaud: Louis Massignon. Le « catholique musulman ».

Quelques liens utiles:

France Culture : Chrétiens d’Orient de Sébastien de Courtois, « Louis Massignon. Le catholique musulman, avec Manoël Pénicaud », 22 mars 2020

·     FRANCE 2 : Le Jour du Seigneur, chronique culturelle de Constance de Bonnaventure, 9 août 2020

 

Les membres de la communauté de Mar Moussa dans trois sites

Qui vit aujourd’hui à Mar Moussa ?


Jacques de retour en Syrie après 5 ans d’absence,
Houda, supérieure du monastère,
Jihad, qui est revenu en Syrie, où il terminera son doctorat commencé à Rome,
Yossi, de retour après une absence de 2 ans.
Et un novice syrien, Jaoudat.

Les autres membres de la communauté
Jens vit à Suleymanyie en Irak,
Dimah travaile à son doctorat à Cori, Italie,
de même que Carol, qui est responsable de la communauté de San Salvatore à Cori. Cori devient de plus en plus important et sert de lieu de convergence pour tous les amis européens de Mar Moussa, d’autant plus que les voyages vers le Liban et la Syrie sont bloqués, en raison surtout de la crise sanitaire du covid19.
Friederike a terminé ses études de théologie, et attend soit de retourner en Irak, soit de rejoindre Mar Moussa en Syrie