Comment et où vivent les membres de la communauté de Mar Moussa

Sœur Houda remplit son devoir de supérieure de la communauté monastique de manière à laisser aux moines et aux moniales l'espace pour grandir dans la responsabilité et la liberté, attentive aux besoins spirituels et matériels de chacun, au détriment des siens. Avec l'assistance de quelques membres de la communauté, elle s'occupe des projets humanitaires dans lesquels la communauté est impliquée depuis le début de guerre. Elle est toujours prête à écouter les gens qui viennent lui demander un service ou veulent simplement partager avec elle leurs préoccupations, en particulier les femmes de la ville de Nebek.

Après avoir échappé aux mains de l'EI, grâce à Dieu et à l'intercession de la Vierge Marie, Frère Yaqoub (Jacques)

a pu témoigner de son expérience à l'occasion de nombreuses rencontres en public ou en privé, en milieu religieux ou séculier, dans des pays arabes ou à l'étranger. Pour beaucoup de nos amis, ces réunions et visites amicales sont d'une grande importance car il leur apporte le soutien spirituel dont ils ont besoin là où ils sont. Jacques a passé quelques mois au monastère de Sulaymaniah avec Jens et Friederike. En particulier, il a pris soin de la "paroisse du monastère", composée principalement de syro-catholiques déplacés de Mossoul et de la plaine de Ninive, et a préparé les enfants à la première communion. Ce que notre frère a vécu de souffrance et de consolation durant le temps de son enlèvement est une force et une bénédiction pour tous les membres de la communauté. Jacques est sorti de son expérience avec un cœur ouvert au pardon, plus ouvert et uni avec le monde musulman blessé par l'extrémisme, l'islam étant la première victime de l'extrémisme, comme il le répète souvent. L'amitié avec les musulmans de Qaryatyan a facilité la libération de Jacques, et de tous les chrétiens enlevés après lui.

Tout en remerciant le Seigneur pour la santé de notre frère, nous ne perdons pas espoir et persévérons dans la prière pour notre père spirituel et fondateur le père Paolo, pour les deux évêques et les deux prêtres kidnappés, et pour toutes les personnes disparues dont les familles n'ont plus de nouvelles.

Frère Jens exerce avec beaucoup de patience, de constance et de maturité sa responsabilité dans l'administration du monastère de Sulaymaniyah, du point de vue monastique et en ce qui concerne l'assistance humanitaire aux familles déplacées. Il a travaillé dur pour la création des espaces avec des maisons préfabriquées, permettant aux familles de retrouver leur intimité après deux ans dans des conditions difficiles; il a aussi et à juste titre insisté sur la nécessité de développer l'école des enfants et l'apprentissage de la langue kurde pour faciliter leur intégration dans la société, s'il ne leur est pas possible d'émigrer selon le désir de leurs parents. Jens se met au service de l'église locale de différentes manières, y compris la célébration de la messe pour des religieuses et les anglophones qui travaillent dans la ville (Indiens, Philippins et Européens). Il travaille sans relâche à renforcer les liens d'amitié avec la communauté musulmane locale.

Frère Boutros s'occupe en particulier de l'accueil des hôtes, de la production du fromage et des plantes qui une place spéciale dans sa vie monastique. Boutros est attentif dans ses lectures spirituelles, efficace dans la cuisine et dans le soin prodigué aux poules qui fournissent les œufs pour notre petit déjeuner traditionnel du dimanche. Tous les frères et sœurs de Boutros ont dû s'exiler dans différents pays du monde, sa mère et sa sœur, au Liban depuis un certain temps, attendent de partir à leur tour.

Frère Jihad poursuit ses études et recherches scientifiques auprès de l'Université Pontificale Grégorienne de Rome. Il rédige actuellement sa thèse de doctorat en théologie biblique sur le patrimoine chrétien arabe. En Syrie, il aide dans l'organisation des projets du monastère; en Italie, il aide dans le projet de restauration du monastère et dans l'accueil des hôtes, et participe souvent à des rencontres pour parler de l'expérience de la communauté et de l'importance du dialogue interreligieux.

Sœur Dimah aide à la rédaction des rapports administratifs et des projets du monastère. Elle a sa touche spéciale dans la préparation de certains plats. Lors de sa présence en Italie, elle a participé à des réunions et donné quelques conférences, comme elle a également participé pendant près d'un mois à un atelier sur les chrétiens d'Orient et le dialogue interreligieux organisé par l'Université de Münster en Allemagne, ainsi qu'à la semaine de Portes ouvertes à San Salvatore. Sœur Dimah poursuit ses lectures spirituelles et écrit un journal sur sa vie monastique.

Frère Yaussé est passé maître dans l'art de faire des bougies. Il en produit pour les besoins du monastère et pour d'autres monastères de la région. De ce commerce sont nées plusieurs amitiés qui sont source de créativité dans sa relation à l'art de faire des bougies. Ceci, bien sûr, est associé à sa participation dans le travail quotidien du monastère et son intérêt pour les lectures spirituelles.

Sœur Carol gère de manière stable notre monastère de Cori, où elle vit en ce moment car elle enseigne l'arabe à l'Institut pontifical pour les études arabes et islamiques à Rome. Elle s'occupe de l'organisation de San Salvatore et de l'accueil des personnes et des groupes. Elle a aussi commencé, avec l'aide de Dieu, sa recherche pour le doctorat en études islamiques auprès du même institut. Carol a participé à plusieurs réunions concernant la vocation de la communauté et fait plusieurs interventions lors de conférences organisées par des universités pontificales comme la Gregoriana et l'Urbaniana sur le dialogue islamo-chrétien en cette année de la Miséricorde. Elle participe à la vie paroissiale de Santa Maria, visitant tous les dimanches les personnes âgées de la paroisse pour leur donner la communion et s'occupant de l'accompagnement spirituel des chefs scouts de la ville.

Sœur Friederike a couronné son noviciat en se donnant complètement au Seigneur : le 5 mai 2016, elle a prononcé ses vœux monastiques perpétuels au monastère de San Salvatore à Cori, Italie, en présence de S. E. Mgr Mariano Crociata qui a célébré l'Eucharistie, de la mère de sr. Friederike et d'un grand nombre d'amis, et de plusieurs membres la communauté venus de divers pays (Houda, Jacques, Jens, Jihad, Deema et Carol). Friederike est actuellement à Sulaymaniah avec Jens où, en plus du quotidien chargé du monastère, elle organise avec joie des activités au sein d'un laboratoire de théâtre pour enfants et jeunes adultes chrétiens et musulmans.

Le novice Nabil Hawil a passé trois ans avec nous, cherchant la volonté de Dieu dans sa vie et impliqué à fond dans la vie de prière et de travail manuel. Après une période de discernement, il a décidé de partir avec sa famille en Australie. Nous le portons dans nos prières et nous lui souhaitons le meilleur pour sa vie et son avenir.

Nous pensons aussi à toutes les femmes et tous les hommes qui ont vécu quelque temps avec nous, en particulier à ceux et celles qui ont essayé la vie monastique, puis sont partis dans d'autres communautés ou ont choisi un autre état de vie, que ce soit la famille ou l'engagement humanitaire. Ils sont toujours dans nos prières. Nous remercions Dieu pour chacun d'eux, pour tout le bien donné à la communauté, et nous lui confions leur avenir.

Notre frère et ami Yousef Bali vit avec nous depuis dix ans. Il est devenu l'une des personnes les plus proches et speciale non seulement pour les membres de la communauté, mais aussi pour nos familles et bon nombre de nos amis en Syrie et à l'étranger. Il participe au quotidien à notre vie de prière et de travail au monastère de Mar Moussa, ajoutant aux rencontres communautaires une note de gentillesse et d'humour.

 

nouvelles tirées de la lettre de Soeur Carol, décembre 2016


ASSOCIATION LES AMIS DE MAR MOUSSA

18, route du Prieur, 1257 La Croix-de-Rozon [CH]

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél: +41 22 321 00 29
Retrouvez-nous sur Facebook